Adresse

Suivez-nous

Partager sur :

Comment le numérique améliore mon commerce physique ?

Nathalie est gérante d’une épicerie fine/salon de thé. Elle est seule aux commandes et gère sa boutique comme elle l’entend. L’approvisionnement, la négociation fournisseur, le merchandising, l’accueil des clients… Sa situation géographique favorise le passage et l’arrivée de nouveaux clients : elle est située dans un petit centre commercial extérieur dans un village réputé pour ses belles demeures et clients exigeants. Nathalie propose des produits de qualité, issus de producteurs locaux ou internationaux pour apporter de la rareté à ses clients. Elle a toujours eu des plages horaires un peu creuses : de 10h à 12h et de 14h à 16h. Jusqu’à présent, elle en profite pour transmettre les pièces d'achat reçues de ces fournisseurs à son expert-comptable ou ranger le magasin. Mais depuis le COVID, elle a besoin de diversifier ses revenus et augmenter son chiffre d'affaires. Comment rentabiliser ces heures creuses ?

 

L’entreprise du mois :

  • Activité : Commerce de détail en magasin spécialisé
  • Spécialités : produits rares et authentiques
  • Fondateurs : Nathalie W.
  • Année de création : 2019
  • Chiffre d’Affaires 2021 : 25 000€
  • Problématique : rentabiliser son magasin en heures creuses d’ouverture


Nathalie a déjà tenté quelques actions de communication sur ses réseaux sociaux. Mais elle a peu d’abonnés et les impacts sont nuls.

Lors d’une conversation avec son expert-comptable, Nathalie lui fait part de cette problématique. Il lui indique être au courant d’une décision votée en assemblée générale du centre commercial : moyennant 19€/mois par commerce, ils vont disposer d’une solution permettant d’envoyer des notifications sur les téléphones portables des prospects. Grâce à la géolocalisation, l’outil détecte qu’une personne rentre dans le centre commercial : elle reçoit alors une notification visible - même sur écran verrouillé - qui annonce une promotion ou événement d’un commerçant.

Cette annonce tombe à pic, mais Nathalie doit s’organiser : si le client reçoit une notification de futurs événements qu’il ne retrouve pas en vitrine de sa boutique, il se peut qu’elle le perde. Un ami qui vient de vendre son fonds de commerce lui cède pour 500€ un écran digital comprenant un logiciel automatisé qui permet d’annoncer ses événements mais aussi la météo et l’horoscope du jour. C’est une vraie aubaine, cet outil vaut entre 1 000 et 1 500€ neuf, Nathalie l’installe dans sa vitrine de suite. C’est vrai que ça dynamise une vitrine et ça la rend plus moderne ! 

Ainsi, elle aura un relais des notifications dans son magasin, et pour ceux qui ne recevraient pas les notifications, ils verraient ses promotions directement en vitrine.

 

Il faut désormais organiser des événements pour rentabiliser l’ouverture du magasin en heures creuses. Sa cible : les femmes qui sont dans le centre commercial entre 10h et 12h et 14h et 16h. Une amie coach en décoration d’intérieur lui propose d’intervenir dans une session de groupe pour faire un essai. Elle donnerait des conseils moyennant une participation de 15€ par personne. Nathalie annonce cet événement 3 semaines à l’avance sur ses réseaux sociaux, fait le relai en magasin sur son nouvel écran et demande au syndic de pousser l’information sur l’outil de notification mobile. Elle propose 2 horaires : 10h et 14h. 

 

 

 

 

A 9h30, ses clientes sont déjà là ! Elle comptabilise 15 clientes pour la session de 10h, et 8 clientes sur la session de 14h. Son amie est pédagogue et efficace dans ses conseils déco, les clientes apprécient et découvrent les merveilleux thés de Nathalie qu'elle propose à la dégustation. Ces 2 sessions lui permettent d’encaisser 350€ de chiffre d'affaires supplémentaires. 

Nathalie est ravie et réitère l'événement un mois plus tard. Cette fois-ci, c’est elle qui donne un cours de dégustation de thé, comment les choisir, comment reconnaître un thé de qualité, leur provenance, c’est une experte ! Ces événements fonctionnent bien, son CA grandit et elle commence à se faire une petite réputation auprès de sa clientèle et des autres commerçants.

Le joaillier à 2 boutiques de la sienne lui fait remarquer qu’elle devrait rajouter sur son écran qu’elle dispose du WIFI dans sa boutique ! Grâce à ça, elle attire quelques clientes régulières qui viennent travailler 1h ou 2, entre 2 rdv, souvent en début d'après midi. Mieux, les commerçants qui ont des rdv fournisseurs ou recrutement encouragent les personnes qu’elles reçoivent en rdv, à patienter dans sa boutique lorsqu’ils ont du retard.

Sur les réseaux sociaux, la communauté de Nathalie atteint bientôt les 500 abonnés ! Son expert-comptable lui indique que c’est un beau chiffre qu’elle doit mettre en avant sur sa boutique.

Pendant le Black Friday, Nathalie décide d'acheter un compteur de likes à 300€ qu’elle dispose sur sa caisse. Elle y joint un QR Code permettant un accès direct à son compte sur les réseaux sociaux. 

 

Ainsi, à chaque vente, elle encourage ses nouveaux clients à liker sa page : ils voient leur like s’ajouter en direct au compteur ! Cela les valorise car ils ont l’impression de participer à la valorisation d’un petit commerce et en parallèle, Nathalie touche de plus en plus de personnes par ses posts. Et surtout, ses fans sont qualifiés, ce ne sont pas des “abonnés fantômes'' mais des clients. L’intérêt pour ses produits ou services est donc réel. 

Nathalie organise de plus en plus d’événements dans sa boutique qu’elle commence à rentabiliser. Elle connaît mieux sa clientèle, ce qui lui permet de proposer des produits et services personnalisés. Elle fidélise et devient même proche avec certaines clientes. 

 

 

 

En discutant avec elles, elle se rend compte que le principal frein pour venir aux événements qu’elle organise sont les enfants. Lorsque les clientes sont accompagnées de leurs enfants - souvent en bas âges -, il est difficile pour elles de se concentrer ou de profiter de l'événement. Nathalie, quant à elle, doit jongler entre pédagogie auprès de ses clientes et concentration ultime envers les enfants qui touchent à tout et demandent une attention de tout instant. 

 

Autre inconvénient : ce qui doit être le plus important pour Nathalie, le passage en caisse des clientes après les événements pour acheter ses produits, se transforme vite en capharnaüm. Les enfants sont fatigués et dissipés et les clientes souhaitent rentrer chez elles rapidement. L’attente en caisse est un peu difficile, il est même arrivé que certaines quittent le magasin précipitamment en s’excusant. 

Nathalie pense à financer une aire de jeux qu’elle placerait dans une alcôve dont elle ne se sert pas, mais son expert-comptable l’en dissuade : il vaut mieux continuer sur cet élan et investir dans de nouveaux produits. Par contre, il lui propose une solution alternative : il sait que des aides régionales existent et financent des achats de matériel informatique dans le cadre de la transformation digitale d’une entreprise. Il propose donc à Nathalie d’investir dans 3 tablettes numériques qu’elle confiera aux enfants en mettant des jeux dessus pendant ses événements. Ce matériel peut être financé à 50%, il faut en profiter. Nathalie récupère alors 3 poufs et quelques jeux de société de ses filles et installe un petit coin cosy destiné aux enfants.

Nathalie a réussi son pari : elle organise des événements pendant les heures creuses et gère le service à son habitude sur les autres heures de la journée. Cet été, elle compte même prendre un jeune en stage pour l’aider. 

Et vous ? Avez-vous déjà digitalisé une partie de votre commerce ? 

Ce sujet vous intéresse et vous souhaitez en avoir plus, prenez un rendez vous avec votre expert comptable